La Formation

Le métier de marin-pêcheur, rude et difficile, reste un métier de liberté, de responsabilité et de solidarité dont on est fier. C’est un secteur qui offre des emplois et s’ouvre en recrutant de plus en plus en dehors du milieu maritime traditionnel. La formation en constitue la clé.

En formation initiale, il s’agit du CAPM (Certificat d’Aptitude Professionnelle Maritime) de Matelot, du BEPM (Brevet d’Étude Professionnelle maritime) de Machines Marines et du BEPM de conduite et d’exploitation des navires de pêche.

En formation continue, il faut posséder le Certificat d’Initiation Nautique (CIN), qui est accessible aux personnes âgées de 20 ans et plus et qui s’obtient après une formation de 280 heures réparties sur 8 semaines de cours.

Une fois entré en qualité de matelot, la progression dans la profession va se faire au rythme des temps de navigation imposés, et selon les fonctions, sur justification de l’obtention des titres ou brevets maritimes obligatoires.
Ainsi, par le jeu de la tradition de la promotion sociale, chaque matelot peut grâce à la formation continue et s’il en a les capacités, parvenir au brevet de commandement le plus élevé.

Le métier de « marin-pêcheur »  sur le terrain sera perçu de façons différentes en fonction de la taille du navire (de 4 à 80 mètres), de la technique de pêche pratiquée (chalut, filet, ligne…), des zones de pêche fréquentées (pêche côtière, pêche au large), des espèces capturées (poissons pélagiques, de fond, crustacés…) ou bien encore de la production visée (produits frais, transformés…)

Pour travailler en tant que patron :

Deux options s’offrent à lui :

  • soit en passé par la formation continue, avec le Certificat de capacité, auquel doit s’ajouter un module « machine » correspondant à la puissance motrice du navire ou le Capitaine 200. Un nouveau diplôme adapté à la petite pêche côtière a été mis en place, il s’agit du CACPP (Certificat d’Aptitude au Commandement à la Petite Pêche). L’IPFM (Institut de Promotion et de Formation aux métiers de la mer), situé à La Seyne sur Mer possède l’agrément nécessaire pour la délivrance de ce diplôme. Le CACPP est délivré aux personnes justifiant d’un temps de navigation au moins égal à trois mois (Arrêté du 23 avril 2012 relatif à la délivrance du certificat d’aptitude au commandement à la petite pêche).
  • Soit en formation initiale, le BEPM (Brevet d’Etude Professionnelle Maritime à la Pêche) permet en 2 ans, à partir de la classe de 3ème, de patronner sur un navire de pêche professionnelle. Il est préparé par voie scolaire et n’est pas accessible par contrat d’apprentissage. La formation permet l’apprentissage de la conduite des navires de pêche, sa maintenance, son entretien mais aussi les différentes techniques de pêche en mer. Dès son entrée dans un de ces cursus, l’élève obtient un numéro de sécurité social auprès de l’ENIM (sécurité sociale des marins) ainsi qu’un livret maritime.

Une fois le diplôme en poche, différentes démarches administratives sont à effectuer :

Le patron pêcheur débutant devra acheter un navire possédant une PME (permis de mise en exploitation), lui donnant le droit de naviguer de manière professionnelle et son matériel de pêche. De nombreux sites spécialisés existent. Le navire et le professionnel doivent posséder le matériel requis dans la réglementation (matériel et installation de sécurité, autorisation de pêche pour certaines techniques…). Des aides à l’installation existent, renseignez-vous !! Le Comité des pêches et la Direction Départementale Mer et Littoral peuvent répondre à toutes vos questions.

–   En Méditerranée, une organisation de gestion locale des pêches existe : les prud’homies. Le nouveau pêcheur doit se rapprocher du premier Prud’homme afin d’obtenir une place au port et également prendre connaissance des règlementations relatives à la zone de pêche choisie.

–  Déclarer son entreprise : Contacter le Centre de Formalité des Entreprises

 

La formation professionnelle maritime en Méditerranée

La réglementation internationale (convention STCW) et française (articles L 5521-1 à L 5521-4 du code des transports) soumet l’accès à la profession de marin, quelle que soit la fonction (matelot, officier, commandant ou chef mécanicien) ou l’activité (commerce, pêche, plaisance professionnelle) à une condition préalable de formation professionnelle.
Pour en savoir plus sur les différentes formations professionnelles maritimes existantes :
Site métiers de la mer
Réglementation de la formation professionnelle maritime

 

Les formations professionnelles maritimes sont dispensées :

  • soit en formation initiale par les lycées professionnels maritimes, par des lycées de l’éducation nationale agréés ou par l’école nationale supérieure maritime (ENSM).
  • soit en formation continue par les lycées professionnels maritimes ou des centres de formation privés agréés.

La façade méditerranéenne compte un site de l’ENSM (Marseille) et deux lycées professionnels maritimes (Sète et Bastia).

Depuis septembre 2013, le lycée professionnel de l’éducation nationale Jacques Dolle (Antibes, 06) a été agréé par la direction interrégionale de la mer pour dispenser une formation professionnelle maritime préparant au bac professionnel « électro-mécanicien de marine » et au BEPM mécanicien.

Plusieurs centres de formation professionnelle maritime sont par ailleurs agréés par la direction interrégionale de le mer méditerranée pour dispenser des formations continues.

Ces différents centres de formation continue présentent une offre de formations maritimes des plus variées. Les centres de Méditerranée proposent ainsi la préparation de :

  • 13 brevets maritimes différents permettant l’accès à des fonctions de commandement (capitaine 500, capitaine 200, certificat d’aptitude au commandement à la petite pêche…), à des fonctions en machine (chef mécanicien 3000 kw, mécanicien 750 kw, permis de conduire les moteurs marins…) ou des fonctions d’appui (certificat d’initiation nautique, certificat de formation maritime hôtelière…).
  • un pannel quasi-complet des différents certificats maritimes existants : certificat de sécurité (CFBS, CQALI, CAEERS…), certificats d’opérateurs radio (CRO, CGO), certificats de formation médicale (médical I, médical II), certificat de formation à la sûreté, certificats d’aptitude à certains matériels de navigation (ECDIS, ARPA).

(source : DIRM Méditerranée) Lire l’article complet ici

Contacts Centres de Formations agréés :

INS.E.I.T.
FORMATION
Centre de formation continue aux métiers de la mer et de la sécurité à Nice en PACA
Espace Nikaïa – 11 Avenue du Dr Victor Robini, 06200 Nice.
Email : [email protected]