La pêche professionnelle aux oursins

 

L’oursin est un produit rare très apprécié des connaisseurs.

Pêche aux oursins en Méditerranée - RéglementationPêcheurs professionnels

Dans le Département des Alpes Maritimes il existe environ 24 Oursiniers répartis essentiellement sur Antibes Juan les Pins, Cannes, Golfe Juan et Nice.
Ils travaillent sur de petites embarcations et doivent se conformer à la règlementation quant aux zones de pêche autorisées, réparties sur tout le Département.
Pour pratiquer et vendre des oursins, ils doivent également se soumettre aux règles sanitaires et adresser une demande d’agrément des industries Agroalimentaires à la DDPP du 06.
Durant l’ouverture de la pêche les Oursiniers vendent leur produit sur les étals de vente mais également à certains restaurants renommés de la Côte d’azur.

Arrêté n°412 du 28 avril 2008 et arrêté n°1112 du 27 octobre 2008

Dans les Alpes-Maritimes, la pêche aux oursins est réglementée : quelque soit le mode de capture, la pêche aux oursins est interdite du 16 avril au 31 octobre.

Remarque : l’interdiction de pêche sous-marine du 1er Novembre au 1er Mars ne concerne pas la pêche des oursins en apnée.

 

Pêcheurs de loisir

L’oursin, vous le trouverez facilement près de nos côtes en Méditerranée, mais attention sa pêche est réglementée afin de préserver l’espèce en période de reproduction.

Les pêcheurs de loisir pratiquant la récolte des oursins sur le département des Alpes-Maritimes sont soumis aux quotas de pêche suivants :

  • en pêche sous-marine ou en pêche à pied : 4 douzaines d’oursins par pêcheur et par jour.
  • en pêche au moyen d’un navire de plaisance : 4 douzaines d’oursins par pêcheur et par jour avec un maximum de 10 douzaines d’oursins par navire et par jour au delà de deux personnes embarquées.

La taille minimale est de 5cm, piquants exclus (règlement CE n°2406/1996 du Conseil du 26/11/1995).

Pêche aux oursins en MéditerranéePêche aux oursins en Méditerranée

Les infractions à ces obligations réglementaires sont passibles d’une amende de 450 à 23 000 euros et de saisie du matériel (décret du 09/01/1852 modifié).